À l’occasion de la 2ème journée nationale de l’agroforesterie, jeudi 17 décembre 2015, Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, a dévoilé le plan national de développement de l’agroforesterie. Rejoignant les 6 autres plans d’actions du projet agro-écologique pour la France, ce plan quinquennal (2015-2020) inscrit ainsi l’agroforesterie parmi les leviers majeurs de la transition agro-écologique des territoires, qui vise la triple performance – économique, environnementale et sociale – des modes de production agricole en France.

Décliné en 5 axes et 23 actions, ce plan entend donner une impulsion décisive au développement de l’agroforesterie en France : mise en place d’un observatoire de l’agroforesterie, renforcement de la recherche, pilotage d’un réseau de fermes agroforestières-pilotes, futurs leviers financiers (mesures PAC 2015-2020, compensation environnementale,…), modules de formation spécifiques, structuration de la filière (association nationale unique, réseau de conseillers agroforestiers,…), ou encore outils de distinction commerciale des produits agroforestiers (mention « bois agroforestier géré durablement », label « végétal local », synergies avec les produits sous signe de qualité).

L’agriculture à travers l’agro-écologie peut constituer une partie de la réponse au changement climatique. La France a porté ce message lors de la COP21 pour une agriculture innovante et respectueuse de l’environnement. En par- ticulier la France a proposé, dans ce cadre, d’inscrire au plan d’actions Lima-Paris l’initiative « 4 pour 1000 : des sols pour la sécurité alimentaire et le climat », avec le soutien des partenaires internationaux. Cette initiative vise à encourager l’évolution des systèmes agricoles pour augmenter la teneur en matière organique et renforcer la sé- questration de carbone, à travers la mise en œuvre de pratiques agricoles adaptées. Des sols plus riches en matières organiques sont plus fertiles et productifs, résistent mieux à l’érosion et aux dérèglements climatiques et permettent de contribuer à l’atténuation du changement climatique en séquestrant des quantités importantes de carbone.

L’agroforesterie est un des éléments clefs de l’agro-écologie qui permettra d’enrichir les sols en matières organiques, de diversifier et améliorer la production, de participer à l’adaptation au changement climatique et à l’atténuation.